Sortie NEV Grez – Moret-sur-Loing

Classé dans : Non classé | 0

Nos joyeux nageurs (geuses) avaient des fourmis dans les jambes ,,,,,,,, voici un résumé de cette aventure par notre nouvelle envoyée spéciale !!!

Et ben voilà, c’était super et, ceux qu’étaient pas là, vous avez tout raté : l’eau était à 28°, il
faisait 40° à l’ombre, y avait un courant de ouf et l’orga était au top : Laurent avait apporté
les flotteurs ; David, les bières pour après (y a quand même des gens qui pensent aux trucs
essentiels dans ce club) ; Jennifer son… envie pressante ! (Mais non je rigole, enfin, pas
que ça : Jennifer apporte toujours son œil de lynx qui lui permet de repérer les bonnes
veines : comme ça c’est cool, y a plus qu’à suivre sa trajectoire et ça descend tout seul) ;
Béatrice sa gentille prévenance consistant à faire de la NEV, pour les gars, un sport où tu
utilises AUSSI les bras – parce que c’est vrai que sinon, quand tu les regardes comme ça nos
cowboys, tu vois bien que c’est un peu mou du biceps, alors merci qui ?

Quant à Grand Chef… ah Grand Chef, qui ne l’est pas pour rien… Jésus marchait sur l’eau, ce
qui est un peu à la portée de n’importe qui, mais lui, le mec, il perd sa gourde dans un
torrent bouillonnant et il la retrouve 200 mètres plus bas… alors qu’elle était PLEINE. Et
ouais. Avec un nom de marabout pareil (parce que Mbow, ça sonne quand même bien
marabout où je ne m’y connais pas), tu pourrais te faire des cartes de visite de folie, Chef,
genre : « Assure le retour de l’être aimé ET des gourdes pleines d’eau qui flottent quand
même ». Bon, ce que je ne dis pas parce que je suis sympa, c’est que, sa gourdasse, il l’a
perdu avec une galipette-culbute-pirouette totalement ridicule où il a failli se noyer et qui
était bien morte de rire à voir. Après, il a expliqué avec plein de mots techniques auxquels
personne n’a rien compris, que, en gros, c’était la faute du torrent, mais que si la rivière
s’était bien comportée, il aurait réussi son double salto arrière triple axel. Mouais.

Enfin bref, c’était génial et à refaire bien vite j’espère. Bon, évidemment, pas trop tôt non
plus parce que je conçois bien que, quand on habite dans le 91, il faut un peu de temps pour
digérer tant de beauté, un climat idyllique, etc. etc. et, après, vous risqueriez de déprimer
sévère en rentrant chez vous ! (Et puis comme ça, ça vous laissera le temps d’oublier mes conneries
et j’ai une petite chance de ne pas finir noyée à la prochaine descente…).

Take care, adhérentes et adhérents du Super Club d’Apnée de Nageurs Extraordinairement
Valeureux, et à une prochaine !

Irène